Un peu de théorie

Ca  fait pas de mal et ça permet de comprendre que ce qui se passe sous le capot: Tout  sauf de la magie… Rien de mieux que les tutos et les vidéos que l’on trouve sur You tube pour profiter d’une mine d’informations unique. Souvent en anglais, les meilleures et les plus pédagogiques sont les plus anciennes…je vous laisse savourer et partager l’enthousiasme de l’époque à faire découvrir et déclencher l’envie d’apprendre.

Commençons par le moteur avec le fonctionnement général d’un « quatre temps » , le plus répandu dans l’automobile.

Deux éléments essentiels dans le fonctionnement: la carburation, c’est à dire l’arrivée d’essence, assurée soit par un carburateur , soit par une injection (mécanique par pompe ou electronique à partir des années 70) . Voyons ici le principe du carburateur, présent dans la majorité des véhicules anciens. L’injection étant aussi une technologie ancienne mais réservée à des moteurs plus performants.

Deuxième élément fondamental: l’allumage, dont le rôle va être de déclencher l’étincelle qui enflammera le mélange apporté par la carburation, et de distribuer cette étincelle aux différents cylindres du moteur.

La plupart des pannes courantes de votre moteur provient donc d’une défection de l’un ou l’autre de ces deux systèmes: carburation ou allumage.

Les pannes de carburation peuvent être dues à une essence de mauvaise qualité, à un défaut de fonctionnement de la pompe à essence (l’essence n’arrive pas au carburateur), un gicleur de carburateur bouché, le flotteur défectueux, un mauvais mélange air essence (richesse).

Les pannes d’allumage peuvent être dues à une batterie en mauvaise état, une bobine défectueuse, des vis platinées (assurant la rupture du circuit) hors d’usage ou mal réglées, un condensateur fichu (son rôle est d’amplifier l’efficacité de la rupture au niveau des vis platinées), une distribution électrique à revoir (au niveau de la tête du distributeur appelée communément « tête de delco ») ou des bougies à remplacer. Les pannes d’allumages peuvent également venir d’un faisceau électrique à remplacer (les fils de bougies), un mauvais branchement de ce dernier (mauvais ordre dans l’allumage) ou d’une avance à l’allumage mal réglée (l’étincelle dans la chambre de combustion ne se déclenche pas au bon moment).

Maintenant que l’on sait comment fonctionne le moteur, penchons nous sur la transmission avec les base de fonctionnement de l’embrayage, de la boite de vitesse, et du différentiel…

 

C’est bien beau d’avoir une voiture qui avance, il faut pouvoir la freiner et l’arrêter. Voici une vidéo qui vous expliquera le fonctionnement des freins hydrauliques, qui se sont généralisés dans les années 30 en remplacement des freins à tringles (voir l’onglet « en cours » avec la restauration de la Plymouth 1934). Les freins à disques apparaissent sur les voitures populaires dès la fin des années 50 (sur la Citroën DS notamment) Ils sont plus performants et s’appuient sur la même technologie de l’hydraulique que les freins à tambours.

Une voiture qui avance, accélère et freine c’est bien. Une voiture qui fait tout ça et qui en plus est confortable c’est mieux. La suspension fait l’essentiel du confort et beaucoup de la tenue de route, donc de la sécurité de la voiture.